Chronique Agora Critique Essay

Re: QUI CONNAIT LA CHRONIQUE AGORA ?

trouvix a écrit :

Bonjour à tous,

Je viens rejoindre votre forum afin d'espérer apprendre et comprendre la Bourse.
Je n'y connais pas grand chose, pour ne pas dire RIEN.
Je suis abonné depuis peu à la Chronique Agora, aussi est-ce que quelqu'un peut me donner son avis, au sujet de leurs conseils en placements Boursier.
Ils ont l'air pertinents....mais prudent de nature, et surtout ignorant en la matière, je souhaiterais avoir des conseils de gens plus confirmés.
Merci de vos réponses.


J'ai reçu quelque temps dans ma boîte aux lettres (physique) des pubs non désirées de leur part (jusqu'à ce que je leur renvoie la pub du supermarché discount local qui fait la même chose, et vice-versa...). C'était très alarmiste et ceci quelle que soit la période et la situation : je pense que ce sont des vendeurs de frousse avant tout, qui prétendent jouer à contre-cycle mais sont dans un timing très approximatif (et continuent de jouer à fond la baisse avec les gens qui se sont fait peur avec le krach, même si la purge est faite).
En gros l'extrait de leur publication faisait miroiter un placement miracle (qu'on découvrirait en s'abonnant) et qui seul monterait en flèche dans la débâcle générale, la peste et le choléra... si c'est pour nous vendre de l'or refuge ou quelque minerai que j'aurais oublié, pas besoin de s'abonner à une lettre.
Bref, je ne les sens pas du tout.

Par contre, catastrophe pour catastrophe, si quelqu'un a des idées de véhicule boursier pour jouer (à très long terme, 10 ans pourquoi pas) la fonte totale des glaces arctiques et notamment l'ouverture de nouvelles routes maritimes, ça m'intéresse. Non que je souhaite la catastrophe climatique, mais comme elle est en cours, autant en tirer profit.


Re:

trouvix a écrit :

Bonjour,

Merci à vous tous pour votre réponse au sujet de La Chronique Agora.

C'est un fait que leur discours est plutôt pessimiste, mais de votre avis quelles
orientations boursières vous semblent optimistes dans un moyen et long terme ?
Les fluctuations actuelles ne reflètent pourtant pas une tendance positive, dans toutes les places boursieres internationales.

Du moins c'est mon avis, qu'en pensez-vous ?

Mon modeste avis, qui n'engage que moi (mais quand on voit ce que des "analystes" pro arrivent à pondre au gré de leurs lubies et revirements successifs, n'ayons pas peur de nous mouiller...) est le suivant :

1. Si l'on dispose de temps devant soi, donc pour le véritable long terme (5 ans et plus), on ne risque pas grand-chose en se plaçant sur les pétrolières et parapétrolières pour se constituer un fond de portefeuille. A ramasser de préférence en baisse lorsque le baril descend, voire à accumuler progressivement au fil de la descente histoire de moyenner en baissse, et quand on remonte assez au-dessus du prix de revient moyen, commencer à alléger tout en gardant une partie pour des objectifs bien plus ambitieux. De la sorte on aura au bout d'un moment un fond de portefeuille solide pour le long terme avec un prix de revient très raisonnable grâce aux allers-retours qu'on aura faits sur une partie de celui-ci (moyennes en baisse, allègements partiels en hausse). Le secteur pétrolier et parapétrolier s'y prête grâce aux fluctuations incessantes du cours du baril. Corrélativement il ne faudra pas s'effrayer de voir ses titres perdre parfois rapidement 20 % ou même davantage, à cause de la volatilité de ce secteur. Ma conviction est que la tendance de fond à long terme sur le baril est structurellement haussière, vu l'état des ressources qui ne sont pas inépuisables et la demande croissante des pays émergents. Mais cette hausse long terme n'ira pas sans de forts soubresauts, à mettre à profit pour accumuler ou quand ça monte trop vite pour sécuriser une partie des plus-values.
Comme valeurs, j'aime bien :
- FP (solidité, rendement, et déjà impliquée dans les énergies de l'après-pétrole) ;
- GBB (bénéficiera à plein des nouveaux besoins en prospection offshore) ;
- VK, joli rendement, sujette à de nombreux mouvements spéculatifs donc à prendre plutôt en baisse, mais peut monter très haut (il faudra alors savoir vendre...) - à noter que la technologie de VK se vend aussi dans d'autres secteurs (nucléaire notamment) ;
- MLGEO, une belle un peu oubliée du marché libre qui possède un savoir-faire scientifique amont à la prospection et aux forages, et, chose non négligeable, applicable à d'autres secteurs comme la géothermie, où une demande liée au thème du développement durable pourrait émerger dans peu d'années.

2. Dans une optique de moyen-long terme, je dirais 2-3 ans, le moment me semble arrivé de revenir sur les cycliques qui sont à leur point bas, ou l'ont déjà dépassé, ou l'atteindront dans peu de temps. Le train de la hausse n'attendra pas, il faut regarder celles qui sont un peu en retard (peu de hausse sur les cours "massacrés" du printemps ou sur la référence du 01/01/2009). Et quand le CAC 40 monte un peu trop vite, aller voir du côté des small caps souvent à la traîne. J'ai tendance à préférer les produits de base (entreprises comme Saint-Gobain, Lafarge - plutôt en baisse pour celle-ci) et les biens d'équipement en évitant toutefois le secteur automobile, qui me semble durablement plombé par la hausse du prix de l'énergie, les mesures "sécuroutaires" délirantes, les mesures anti-carbone présentes et à venir, et le contrecoup des primes à la casse qui cachent temporairement un peu la misère mais occasionnent ensuite un effet de base défavorable.

3. Il reste quelques valeurs de rendement qui servent des rendements importants. Elles ne feront probablement pas de hausses gigantesques, mais LORSQUE LA VISIBILITE EST BONNE et en particulier l'activité récurrente (concessionnaires : d'ouvrages routiers comme SMTPC, de distribution d'eau comme MLEDR, et d'autres) se comportent "presque" comme des obligations, mais à des taux largement supérieurs à ce qui se trouve aujourd'hui sur le marché obligataire. Pages Jaunes (PAJ) sert aussi un rendement record (12,5% pour le dividende versé en juin 2009 sur la base du cours actuel) avec toutefois une visibilité légèrement moindre (quoique relativement bonne) qui ne garantit pas la récurrence du dividende actuel - mais j'ai assez confiance dans le fait qu'il restera confortable.

4. On peut jouer certaines technologiques en privilégiant celles qui ont une vraie longueur d'avance dans l'innovation et évoluent sur un marché de niche (pas de concurrent, coût élevé de l'investissement nécessaire pour venir concurrencer) ou dans un créneau en forte expansion. Du côté de la spécificité technologique, je fonde assez d'espoirs en Dolphin Integration (ALDOL), entreprise de la "Silicon Valley" grenobloise qui apporte vraiment un "plus" dans la conception de circuits intégrés avec une méthode de simulation et de test qui est indépendante de la technologie de fabrication (il en existe en gros trois différentes). ALDOL a dépassé le stade de la start-up depuis longtemps, mais ne donne pas encore sa pleine mesure. Plus spéculatif à mon avis, on peut jouer SOITEC (SOI) de préférence un peu en dessous des 6 €. Il y a un certain risque lié à la reprise chez les gros clients dont AMD, mais un effet de levier certain qui peut propulser le titre très haut quand on sortira du marasme. Par contre j'avais joué Quantel (lasers pour divers usages dont le secteur médical) qui paraissait sur un créneau porteur, et je me suis douloureusement planté. Je pense que dans ce dernier cas il y a dû y avoir des bourdes dans le management, autrement je n'explique pas un tel recul par de simples raisons conjoncturelles.

5. Le baril a l'air de repartir à la baisse, donc à surveiller, et sans se précipiter, savoir se placer avant la prochaine hausse...

6. Je ne sais pas si j'aurai aidé à faire de bonnes affaires, mais en tout cas merci d'avoir posé la question : il n'y a rien de tel que l'exercice de se forcer à expliquer quelque chose pour clarifier ses propres idées sur le sujet, et valider ou remettre à plat sa propre stratégie...

Bonnes et fructueuses réflexions et prises de position sur le marché !


This government – like all its predecessors – persists in crony capitalism, interventionism and disastrous investments.

You may remember the flamboyant minister of Holland – Arnaud Montebourg – the man with slinky sailors.

You thought to be rid of the character, his rantings and his investments (foolish) in the name of the State  ?

Think again. The spirit of the character is back in force in this government.

The Echoes of Friday, February 16:

“As France wants to defend its jewels – The Montebourg decree will be extended.

[…]

The Prime Minister wants to extend the sectors protected by the decree known as ‘Montebourg’ to new areas. ” 

Since 2014, the state has the right to oppose foreign investment projects in the fields of energy, water, transport, electronic communications, public health, defense.

But that was not enough…

We add to the list: artificial intelligence, datas, nanotechnologies, space and … financial infrastructures!

Difficult to include shampoos for oily hair and lacquer L’Oreal. But it seems that the end of the shareholders’ pact between the Bettencourt family and Nestlé causes some nervousness in the high parasitocratic spheres.

Get ready: yogurts (think Danone if Nestlé ever had an appetite) and cosmetics could soon become “the defense of public order and national security”.

<img class=”wp-image-44918 alignleft” src=”http://la-chronique-agora.com/wp-content/uploads/sites/3/2018/02/shutterstock_653403244.jpg” alt=”interventionnisme” width=”275″ height=”183″ srcset=”http://la-chronique-agora.com/wp-content/uploads/sites/3/2018/02/shutterstock_653403244.jpg 1000w, http://la-chronique-agora.com/wp-content/uploads/sites/3/2018/02/shutterstock_653403244-300×200.jpg 300w” sizes=”(max-width: 275px) 100vw, 275px” />More protectionism and also more interventionism

In the same spirit, Les Echos also teaches us:

“The future law The Mayor should increase the intervention capacity of bpifrance Participations, armed arms of the public bank, to invest in strategic companies . The investment company ‘would be in debt to take stakes, up to several billion euros’ “ .

Since 2008, with € 1 of State loan, France buys € 0.5 of “growth”. Any business leader who would take on 1 € to earn only € 0.5 of turnover would not survive …

In reality, the state spends money that does not belong to it but does not invest.

When an individual invests:

  • he decides to deprive himself of immediate enjoyment and has compelled himself to spend less than he received. This is not the case of the French State, whose deficit has been permanent for 47 years;
  • he chooses – in view of public information – carefully weighing the profitability of his investment. This is not the case of the state.
  • it undertakes. If the investment goes bad, the individual suffers financial losses. This is not the case for the government official who invests.
  • he follows his investment, because it is his money that is at stake. This is not the case of the state official who has invested and will then be transferred.
  • when he makes a mistake, he learns. This is not the case of the state official who will not see his salary amputated if Areva, Alstom, EDF, Thales, Engie, Nexter Systems … breaks the figure.

I would like one day to create the following financial derivative: a reverse tracker of all listed companies in which the state “invests”.

I think that such an ETF – which would bet on the fall of these companies – would reap capital gains regardless of market performance. It would make up for (a bit) the mess we pay as a taxpayer.

-Read more at la-chronique-agora.com (French)-

FinancialFranceinformationInvestmentState

Related Posts

About the Author: Simone Wapler

Simone came from a background in aerospace engineering and transitioned to finance almost 15 years ago. She uses her analytical view to decrypt the news and financial figures and then provide a realistic outlook. She currently publishes L’Investisseur Or et Mattieres and her La Strategie de Simone Wapler.

« Yellen Left the Markets More Vulnerable Than Ever BeforeBoeing’s Future of Flight Doesn’t Include Pilots »

Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *